Le document unique

Nicolas Gollé

Chargé de production et d’administration du festival Décibulles

Neuve-Église (67)

« Au sein de l’association Décibulles, on compte 130 membres et 850 bénévoles. Jusqu’à récemment, les questions de sécurité au travail se géraient de manière intuitive. Les membres encadrants de l’association sont des gens qui sont bricoleurs ; ils ont chacun leur expérience qu’ils apportent pour améliorer nos dispositifs. En 2018, nous nous sommes penchés sur le document unique, un document obligatoire qui engage la responsabilité pénale du responsable légal de la structure. Il fallait nous doter de cet outil pour davantage structurer la sécurité.

Pour établir ce document, il faut répertorier les risques inhérents à chaque métier, à chaque activité. Or, sur un festival, on peut avoir une cinquantaine de métiers différents... Au départ, je me suis appuyé sur Odalie, un outil d’aide pour les professionnels du spectacle vivant développé par le CMB. Ils ont mis en ligne un outil pour nous accompagner dans la rédaction du document unique. Mais au final, les besoins d’un festival sont si particuliers qu’il nous a fallu partir de zéro.

Pour prévenir les risques, il y a un travail énorme. Ils peuvent provenir des activités de restauration, des chutes d’objets, des chutes de personnels, de l’accroche en hauteur, de l’écrasement de pieds par un véhicule ou une charge, du son, de l’électricité, de la lumière, du montage et du démontage des structures, etc. Il faut d’abord discuter entre salariés, reprendre les risques un à un, évaluer ensemble les préconisations et voir si elles correspondent aux réalités du terrain, en discuter avec les responsables, communiquer ces risques aux salariés, aux bénévoles, aux fournisseurs, aux prestataires… Il peut aussi arriver que les tourneurs et les artistes nous demandent à avoir accès au document unique pour avoir une idée des risques.

Nous mettons le document unique à jour chaque année. L’avantage, c’est que nous l’avons édité sur Excel et avons créé des onglets pour chaque famille de métiers, cela permet d’être plus efficaces chaque année. Travailler sur ce document nous a également permis de prendre du recul par rapport à nos activités. »

L’évaluation des risques professionnels : une obligation légale

L’Évaluation des Risques Professionnels (EvRP) est la démarche initiale pour agir dans la prévention en santé et sécurité au travail. Le document unique est l’aboutissement par écrit de cette démarche. Tous les risques qui ne peuvent être évités dans l’entreprise doivent être évalués.

Cette évaluation permet :

  • d’identifier, d’analyser, d’inventorier et de classer les risques ;
  • de définir les actions de prévention les plus appropriées.

Les actions de prévention peuvent intervenir pour tous les aspects techniques, humains et organisationnels. Cette démarche, qui est obligatoire dès le premier salarié, peut être réalisée en interne avec les salariés, le Comité Social et Économique (CSE) à l’aide des outils mis à disposition par l’Institut national de Recherche et de Sécurité (INRS) ou le Centre médical de la Bourse (CMB). L’employeur peut aussi faire le choix d’un prestataire externe comme l’Intervenants en Prévention des Risques Professionnels (IPRP).

Le contenu du Document Unique d’Évaluation des Risques (duer)

Le Document Unique d’Évaluation des Risques comprendra :

  • le cadre de l’évaluation ;
  • la méthode d’analyse des risques choisie ainsi que les outils mis en œuvre ;
  • la méthode de classement choisie ;
  • l’inventaire des risques identifiés et évalués ;
  • les actions à mettre en place.

Les risques à évaluer

Parmi les risques inventoriés à évaluer dans le document d’évaluation des risques, on note :

  • risques de trébuchement, heurt ou autre perturbation du mouvement ;
  • risques de chutes de hauteur ;
  • risques liés aux circulations internes de véhicules ;
  • risques routiers en mission ;
  • risques liés à la charge physique de travail ;
  • risques liés à la manutention mécanique ;
  • risques liés aux produits, aux émissions et aux déchets ;
  • risques liés aux agents biologiques ;
  • risques liés aux équipements de travail ;
  • risques liés aux effondrements et aux chutes d’objets ;
  • risques et nuisances liés au bruit ;
  • risques liés aux ambiances thermiques ;
  • risques d’incendie, d’explosion ;
  • risques liés à l’électricité ;
  • risques liés aux ambiances lumineuses ;
  • risques liés aux rayonnements ;
  • risques psychosociaux ;

Le cadre juridique dans le code du travail

L’évaluation des risques

La transcription : inventaire des risques et unités de travail

La pénibilité : facteurs de risques professionnels

La mise à jour du document unique

Le comité social et économique et le programme de prévention des risques professionnels

L’accès au document unique

{{ props.message }}